Accueil » Actualité » Droits des femmes : une journée ne suffit pas
Droits des femmes : une journée ne suffit pas

Droits des femmes : une journée ne suffit pas

Le 8 mars marque la journée internationale des droits des femmes, une journée de symbole depuis 1977 pour les combats menés en faveur de l’égalité des droits et de traitement mais surtout aujourd’hui pour rappeler les combats à venir pour l’égalité entre les femmes et les hommes.

Depuis 2012, le Gouvernement n’a cessé de mettre en œuvre des politiques en faveur des droits des femmes. La France est passée en matière d’égalité femmes-hommes de la 45ème à la 15ème place mondiale.

Nous pouvons être fiers des avancées majeures réalisées.

La féminisation des instances de décision des entreprises progresse, notamment dans les conseils d’administration des grandes entreprises. Au sein des administrations également, une politique active a été engagée pour la féminisation de l’encadrement.

C’est également vrai dans la vie publique, la parité est apparue comme un principe dès la constitution du premier gouvernement, puis dans les conseils départementaux aujourd’hui paritaires (contre 13% de femmes auparavant).

Aussi, nous avons évolué en matière de soutien aux familles monoparentales et particulièrement les mères isolées qui prennent la responsabilité du foyer et se voient percevoir une pension alimentaire : dès le 1er avril prochain, la garantie contre les impayés sera assurée.

Le congé parental est élargi aux pères afin de favoriser un meilleur partage et pour raccourcir l’éloignement du travail des mères.

L’égalité femmes/hommes passe aussi par la protection des femmes face au fléau des violences conjugales. Les femmes victimes de tels actes sont suivies, encadrées et prises en charge du dépôt de mains courantes au placement en hébergement d’urgence.  Mais cela passe aussi par une lutte sans relâche contre le harcèlement dont elles sont victimes dans l’espace public et les transports en particulier.

Enfin, le combat de Simone Veil pour l’IVG a été poursuivi. Il est aujourd’hui pris en charge à 100% et permet aux femmes qui ont ce choix difficile à faire de ne plus avoir à le justifier.

La protection sanitaire des jeunes femmes mineures est une priorité, en leur accordant l’accès à la contraception gratuitement, ainsi que la pilule du lendemain aux étudiantes à l’université.

Des nombreuses avancées restent encore à conquérir pour l’égalité salariale, pour une meilleure place des femmes dans la société ou encore pour une meilleure représentation des femmes dans les médias, dans notre système politique ou à la tête des entreprises françaises.

Une journée ne suffit pas, la lutte pour une meilleure place des femmes est un combat constant à mener.

>>> Les 10 avancées pour les droits des femmes

>>> Retrouvez aussi la tribune de Laurence Rossignol, Ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des Femmes