Accueil » Communiqués » La barbarie de la mort d’Hervé Gourdel
La barbarie de la mort d’Hervé Gourdel

La barbarie de la mort d’Hervé Gourdel

ANC’est avec horreur que nous avons appris la mort d’Hervé Gourdel, un acte sans nom, une exécution barbare commise par les ennemis de l’humanité et de la démocratie, engagés dans une entreprise de terreur.

Hervé Gourdel avait été enlevé en Algérie, dans la région de Tizi Ouzou, à 110 kilomètres à l’est d’Alger par le groupe Jund-Al-Khalifa, ancienne nébuleuse d’AQMI, prêtant aujourd’hui allégeance à l’État Islamique.

S’il est mort, c’est pour sa simple nationalité, parce qu’il était français et que son pays se bat aujourd’hui, comme depuis toujours, contre le terrorisme. C’est toute la France qui vit une véritable épreuve à travers l’assassinat de l’un de nos compatriotes. C’est une épreuve aussi pour l’Algérie dont les blessures des années sanglantes ne sont pas encore guéries.

Cet événement doit rappeler tout le combat qu’est celui de la France contre le Daech, combat dans lequel elle a pris toutes ses responsabilités, et nous appeler à l’unité nationale.

Le Président de la République l’a d’ailleurs affirmé lors du conseil de défense du jeudi 25 septembre : « Nous continuerons à lutter contre le terrorisme partout et notamment contre le groupe Daech, qui répand la mort en Irak et en Syrie, persécute des minorités religieuses, répand la mort, viole, décapite. Les opérations aériennes se poursuivront tout le temps nécessaire ».

J’exprime ainsi mon accord plein et entier dans l’action conduite par tous les états pour combattre ces criminels.

Je souhaite aussi me joindre à la douleur de la famille d’Hervé Gourdel et leur apporter tout mon soutien dans cette épreuve difficile.

>>> Communiqué – Assassinat Herve Gourdel