Accueil » Actualité » La Grèce a choisi Syriza
La Grèce a choisi Syriza

La Grèce a choisi Syriza

Je ne peux que me réjouir de la victoire aussi nette d’un parti de Gauche dans un pays de l’Union européenne.

L’élection d’Alexis Tsipas au poste de Premier Ministre témoigne d’abord du refus du peuple grec des politiques d’austérité qui lui ont été imposées et d’un rejet des anciennes élites incapables de réformer un Etat clientélaire.

Syriza s’est engagé à renégocier la dette publique avec les créanciers internationaux. Sa victoire constitue une première dans la zone euro avec la possible constitution d’un gouvernement ouvertement opposé aux contreparties exigées par l’Union européenne et le Fonds monétaire international et un signal fort envoyé à l’ensemble des autres pays européens.

Cette victoire intervient au moment où le vent tourne en Europe. La BCE va désormais racheter des obligations d’Etats et un plan de relance de plus de 300 milliards d’euros a été accepté par toute l’Europe. Les politiques de redressement des comptes publics ne doivent plus être l’alpha et l’omega des réformes européennes car faute d’avoir été accompagnées de mesures d’investissement à long terme, elles ont conduit l’Europe au bord de la déflation.

La Grèce vient ainsi d’affirmer clairement un choix qui dépasse plus largement ses frontières. Le dogme de l’austérité, fondé sur l’absurdité de la dette dont une part n’est ni remboursable ni légitime, est désormais ouvertement remise en cause par l’un de ses Etats membres. Le résultat de ces élections créé un élan nouveau, tourné vers la relance de l’économie européenne et la justice sociale. Il est temps pour la France de poser avec la Grèce, l’Italie, et demain l’Espagne, les bases d’une nouvelle vision économique, plus ambitieuse et porteuse de développement et de progrès.

>>> Communiqué – Syriza