Accueil » Assemblée Nationale » Lutter contre les déserts médicaux

Lutter contre les déserts médicaux

Depuis des années, l’expression « déserts médicaux » est dans tous les débats liés à l’aménagement du territoire et à l’accès aux soins. La fracture médicale se creusant chaque jour un peu plus.

Quand les littoraux et les centres villes regorgent de médecins, les zones rurales, mais aussi certains quartiers urbains difficiles doivent faire face à une pénurie de médecins et au-delà, de professionnels de santé. Cette situation devrait empirer, puisque le nombre de médecins diminuera du fait de la baisse du numerus clausus, tandis que la population augmentera et vieillira.

Après une décennie marquée par une politique d’explosion des dépassements des honoraires, de logique de rentabilité à l’hôpital, de privatisation rampante de la couverture sociale, de renoncement aux soins toujours plus inquiétant, de déremboursements, de forfaits, de franchise, la solution passe par plus d’égalité territoriale.

L’objectif n’est pas d’installer un médecin par village, mais d’avoir un pôle de santé par territoire. Car les jeunes médecins ne veulent plus travailler de manière isolée, mais en équipe, afin de pouvoir concilier vie professionnelle et vie privée. Déjà 400 maisons de santé existent en France et 1000 autres sont en projet.

Le pacte « territoire-santé » qui sera prochainement présenté à l’Assemblée nationale se décline en trois axes : changer la formation des jeunes médecins, transformer les conditions d’exercice et investir dans les territoires isolés.

Au total, ce sont 12 mesures qui permettront de lutter contre les déserts médicaux. Parmi celles-ci, nous retrouvons : le rapprochement des maisons de santé des universités ; le développement de la télé-médecine ; la garantie sur tout le territoire d’accéder aux soins urgents en moins de 30 minutes d’ici 2015. Marisol Touraine, Ministre de la santé, a annoncé des mesures incitatives, car « La coercition serait injuste et inefficace », conformément à l’engagement du candidat Hollande de respecter la liberté d’installation, sacro-sainte pour les médecins libéraux.