Accueil » Assemblée Nationale » Plan d’action en faveur des Harkis
Plan d’action en faveur des Harkis

Plan d’action en faveur des Harkis

ANLe Premier ministre a présenté le 25 septembre dernier un plan d’actions en faveur des harkis.

Celui-ci contient dix mesures pour une intégration entière des harkis et de leurs familles à la communauté nationale. Le Gouvernement souhaite en effet accorder une pleine reconnaissance et une meilleure réparation aux anciens supplétifs de l’armée française durant la guerre d’Algérie et à leurs familles.

Je tiens à souligner que ce plan recherche la justice et la paix des mémoires.

Dix mesures, structurées en deux axes, seront applicables dès le 1er janvier 2015.

Au titre de la reconnaissance, le Gouvernement s’engage à :

 1/ Faire connaitre l’histoire des harkis, notamment au travers d’actions éducatives et  culturelles ;

 2/ Donner à l’ONACVG (Office national des anciens combattants et victimes de guerre) la mission de recueillir les témoignages oraux des harkis ;

3/ Créer un lieu de mémoire et de recueillement au mémorial de la Guerre d’Algérie et des combats du Maroc et de Tunisie, quai Branly à Paris ;

4/ Transformer en lieux de mémoire les anciens hameaux de forestage qui accueillirent plus de 10 000 harkis, conjoints et enfants de harkis après 1962, dans des conditions de vie extrêmement précaires, voire indignes ;

5/ Identifier les lieux d’inhumation spécifiques des harkis et de leurs enfants morts à l’intérieur des camps et enterrés de manière anonyme.

Au titre de la réparation, le Gouvernement s’engage à :

6/ Créer des comités régionaux de concertation, composés de représentants associatifs des anciens supplétifs et de leurs proches, et destinés à faciliter et simplifier le dialogue avec l’administration ;

7/ Informer les membres de ces comités sur l’accès au logement social et notamment le droit au logement opposable ;

8/ Promouvoir le dispositif des emplois réservés pour les enfants de harkis auprès des trois fonctions publiques ;

9/ Revaloriser l’allocation de reconnaissance de 167 euros par an (pour un montant total de 1 million d’euros par an) ;

10/ Aider au rachat de trimestres de cotisation retraite pour les enfants de harkis, dont nombre ont été victimes de freins dans l’accès à la formation et à l’emploi du fait de leur hébergement dans des camps militaires.

Il y a cinquante ans, la France n’a pas été à la hauteur de ses promesses. Elle a abandonné ses propres soldats, ceux qui lui avaient fait confiance, ceux qui s’étaient placés sous sa protection, ceux qui l’avaient choisie et qui l’avaient servie. La page du déracinement, de l’abandon et de l’oubli doit à présent se tourner, sans s’effacer des mémoires.

>>> Communiqué – Plan Action Harkis