Accueil » Actualité » Référendum Grec : Pour une solidarité européenne
Référendum Grec : Pour une solidarité européenne

Référendum Grec : Pour une solidarité européenne

Dimanche, à la question « Faut-il accepter le plan d’accord soumis par la Commission européenne et le Fonds monétaire international lors de l’Eurogroupe du 25 juin ? » les grecs ont été 61,31% à répondre NON. Ce référendum ne remet pas en cause l’appartenance de la Grèce à la zone Euro ou à l’Union Européenne.

Il est au contraire le symbole des difficultés que rencontre aujourd’hui le peuple grec et la dureté de l’austérité qui lui est imposée. Ce référendum n’est pas un non à l’Europe, c’est un NON à l’austérité qui n’a pas montré d’effet bénéfique. Il nous interroge sur le fondement de la construction européenne : la solidarité entre les peuples.

Je souhaite que soit trouvé un accord global et durable. Le gouvernement Grec doit mettre en place des réformes structurelles pour bâtir un Etat moderne. L’Etat Grec souffre de graves insuffisances qui l’empêchent d’être efficace, il est notamment nécéssaire de moderniser l’administration fiscale pour rendre l’impôt plus performant et plus juste. Face à cela, l’Europe doit être solidaire et restructurer cette dette qui asphyxie l’économie de la Grèce depuis trop longtemps.

Je soutiens une plus grande solidarité entre les pays européens, solidarité dont tous les pays ont bénéficié par le passé ou encore aujourd’hui. Sans reprise des négociations au plus vite, c’est l’intégrité de la zone euro qui sera remise en cause, alimentant les spéculations sur la solidité de notre monnaie et mettant durablement à mal l’ensemble de la construction européenne.

 

>>> Communiqué Référendum Grec