Accueil » Assemblée Nationale » Rythmes scolaires: le refus de certains maires
Rythmes scolaires: le refus de certains maires

Rythmes scolaires: le refus de certains maires

Actu AN

Je tiens à dénoncer le refus affiché par plusieurs maires de droite d’appliquer la réforme des rythmes scolaires en septembre 2014, certains annonçant publiquement ces derniers jours qu’ils n’ouvriront pas les portes des écoles le mercredi matin.

Je regrette également le rejet par les sénateurs UMP du rapport  sénatorial sur la réforme des rythmes scolaires, pourtant fruit d’un travail approfondi et pluraliste, qui aurait été un point d’appui important pour améliorer les modalités de mise en œuvre de la réforme.

En 2008, c’est le gouvernement Fillon qui imposait la semaine de quatre jours, au mépris de l’intérêt des élèves, faisant de la France le seul pays au monde où le temps d’enseignement était à la fois aussi réduit et aussi chargé. Cette situation préjudiciable aux enfants fut dénoncée dans toutes les études scientifiques et par l’ensemble de la communauté scolaire, syndicats d’enseignants comme associations de parents d’élèves.

Dès juin 2010, Luc Chatel, alors ministre de l’Education nationale, constatait l’inadaptation de ces nouveaux rythmes et lançait une conférence nationale sur les rythmes scolaires dans le but affiché de revenir sur cette réforme.

En décembre 2010,  les députés Yves Durand (PS) et Xavier Breton (UMP) remettaient leur rapport d’information sur les rythmes scolaires, dénonçant les conséquences néfastes de la semaine de quatre jours et préconisant le retour à un enseignement sur cinq jours. Ce rapport fut adopté à l’unanimité par la commission des affaires culturelles et de l’éducation de l’Assemblée nationale.

Enfin dans son projet 2012, l’UMP affirmait : « Nous allègerons la journée des élèves pour mieux tenir compte de leur rythme ».

Aussi leur rejet actuel de la réforme témoigne bien de leur stratégie purement politicienne.

Après plusieurs rencontres avec des parents d’élèves, je tiens à réaffirmer mon large soutien à la réforme des rythmes scolaires et souhaite que la question des temps de vie des enfants soit au cœur des politiques publiques.

Je salue :

  • les assouplissements permis par le nouveau décret présenté par Benoît Hamon, décret permettant notamment pour les territoires ayant des caractéristiques spécifiques d’expérimenter des organisations adaptées.
  • la décision de proroger l’aide financière de l’Etat au-delà de 2015 pour soutenir les collectivités locales.

J’appelle alors l’ensemble des maires de France à appliquer la semaine de 4,5 jours dès la rentrée 2014, car elle est une des conditions de la réussite des enfants de notre pays.

>>> Communiqué : Le refus des rythmes scolaires