Accueil » Communiqués » Solidarité avec les demandeurs d’asile
Solidarité avec les demandeurs d’asile

Solidarité avec les demandeurs d’asile

1393589_460427214071201_1519273699_nPar solidarité avec les enfants et les familles de demandeurs d’asile, je m’associe pleinement au texte de l’appel au rassemblement qui a eu lieu ce mardi 4 novembre à 8 heures Rue des Creusots pour dénoncer le manque d’encadrement aux familles de demandeurs d’asile.

Les associations côte d’Oriennes engagées dans le  soutien aux demandeurs d’asile et aux migrants alertent une nouvelle fois sur le sort inhumain réservé à des familles avec enfants en bas âge ou scolarisés qui, à l’entrée dans la mauvaise saison, vont devoir continuer à affronter la rue en journée dans des conditions cruelles.

Ils sont demandeurs d’asile encore dans l’espoir du dernier recours, ou bien rejetés et sans possibilité de retour dans leur pays. Nos institutions via le 115 leur assurent un hébergement de nuit, mais dès le lever du jour, ils sont remis à la rue.

Ils ne peuvent être exclus du respect des droits humains  élémentaires et tout particulièrement des droits relatifs à la protection de l’enfance.

Aussi l’errance quotidienne qui leur est imposée au cours de la journée, l’absence de lieu pour confectionner ou prendre un repas, la recherche obsédante d’un abri en cas de mauvais temps demeurent pour ces enfants et leurs parents une situation désespérante.

Certes les obstacles matériels et financiers sont difficiles à surmonter pour leur offrir  en journée un accueil digne mais par une réelle volonté politique de tous les acteurs concernés, préfectoraux, municipaux, institutionnels, associatifs, nous devrions pouvoir réussir à mettre un terme à cette situation choquante.

J’accepte d’ores et déjà le principe d’une table ronde proposée par les associations confrontant l’ensemble des acteurs pour aboutir à une solution concrète en faveur de ces familles en Côte d’Or et ce, dans l’attente de dispositions législatives généralisées.

En qualité de parlementaire, je resterai particulièrement vigilante sur l’examen prochain du projet de loi relatif à la réforme de l’asile

Ce projet de loi fait suite à une large concertation conduite auprès de l’ensemble des acteurs concernés – élus, associations, Haut-commissariat aux réfugiés (HCR), Office français de protection des réfugiés et des apatrides (OFPRA), Cour nationale du droit d’asile (CNDA), Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII) et administrations.

Dans un rapport remis au ministre de l’intérieur, le 28 novembre 2013, les parlementaires avaient souligné les dysfonctionnements importants du système français de l’asile qui le mettent aujourd’hui en danger

Le Gouvernement s’appuie sur ces travaux, ainsi que sur la nécessité de transposer de nouvelles directives européennes adoptées en juin 2013, pour réformer en profondeur le droit de l’asile, selon deux axes :

  • renforcer les garanties des personnes ayant besoin d’une protection internationale
  • statuer rapidement sur les demandes d’asile

Ce projet, qui n’est qu’un élément d’une réforme ambitieuse de l’asile, s’efforce ainsi de concilier le renforcement des garanties ouvertes aux demandeurs d’asile et la création d’instruments adaptés permettant d’accélérer les délais de traitement des demandes, afin de sauvegarder la tradition française de l’asile.

>>> Communiqué – Solidarité avec les demandeurs d’asile